Digressions

PIERRE DESPROGES DIXIT

J’aime pas le cinéma français : ça pense plus que ça bouge.
J’aime pas le cinéma américain : ça bouge plus que ça pense.
J’aime pas le cinéma italien : ça gesticule en bramant dans les cordes à linge.
J’aime pas le cinéma japonais : c’est long, c’est long, c’est long !
J’aime pas le cinéma indien : c’est plus long que le cinéma japonais.
J’aime pas les films doublés : ça fait ouvrier.
J’aime pas les VO : ça fait chier.

TOTO ET LES ROBOTS

— Dis Papa, qu’est-ce qu’un programme informatique ?
— C’est la même chose qu’un programme de télévision, mais pour les machines, Toto.

FOI ET LIBIDO

Comme toute religion, le pouvoir de l’argent ne dure que tant que des gens y mettent leur foi, leur libido.

Atypical

Lions don’t have bad intentions. They don’t eat prey out of spite.
(Atypical S2E3)

MÊME DANS MES RÊVES

Je découvre des fautes d’orthographe dans les recoins les plus saugrenus. Pour une raison que j’ignore, pendant un trajet en minibus Citroën 2CV (à carrosserie en tôle ondulée et chauffeur kazakh), je consulte très attentivement une petite annonce extrêmement détaillée pour une tondeuse à gazon. Et je bloque sur une faute d’orthographe (que j’oublie au cours même de la rédaction de ce paragraphe). Tout ce dont je me souviens, c’est que le mot en question était coupé en deux mots insensés qui en conservaient néanmoins l’apparence phonétique.

Vladivostok, l’exposition

Au dos de ce flyer est annoncé un vernissage de l’expo Vladivostok au Café Bretelles ce dimanche 11 novembre 2018. Autant le dire tout de suite, je n’aurai pas reçu les impressions. Ou alors je n’aurai qu’une partie des cadres. Ou bien je n’aurai pas eu le temps de préparer les cadres. Bref, ce qui se passera dimanche, ce sera vraisemblablement du vent et des moulinets… un peu à l’image des agitations des gens-que-vous-savez. Afin de parachever la réussite de ce vernissage qui n’est pas pour les losers, sachez qu’il n’y aura ni vin blanc ni bretzels, ni… il n’y aura rien en fait.

Maintenant que l’essentiel est clarifié, passons au superflu :

J’ai passé un mois dans ce port du bord du monde, en mai 2018, pendant lequel je me suis promené sans but autre que de prendre des photos. Distrayantes, dans le meilleur des cas, banales, sinon.

Vladivostok est une sélection de photographies tirées de mon Journal photographique n° 2 et imprimées au format 20 cm x 30 cm. Le carnet imprimé sera également consultable au Café Bretelles jusqu’à la fin de l’expo.

ps/ Si vous venez au non-vernissage ce dimanche 11, et me dites le code « Madagascar, Constantinople », je vous offrirai un café, sans le savoir.

VLADIVOSTOK
Café Bretelles
57, rue de Zurich
67000 Strasbourg
Du dimanche 11 novembre d’une date indéterminée en novembre, au mardi 25 décembre 2018

Sténopé ?

© Boyan Drenec

Tous mes appareils photos étant en réparation, j’ai sorti ce sténopé moyen format Zero Image 612B de sa boîte. Je l’ai depuis un an, c’est la première fois que j’ai l’intention de m’en servir. Pas glorieux, velléitaire, voire.

Par hasard et par chance, il se trouve que je dispose de quelques pellicules 120 de Portra 160 qui n’attendent que de donner la pleine mesure de leur délicate émulsion. Je les ai dégottées chez SPIP, à Phalsbourg, à 50 centimes pièce. J’ai bien entendu acheté tout le stock restant, soit 5 bobines. Petite précision en passant, elles sont périmées depuis octobre 1989 — mais on ne va pas laisser ce détail oiseux interférer.

Je commence par sacrifier une pelloche vierge pour récupérer sa bobine vide. Dit vite, ça semble évident, mais il m’a fallu un certain temps de recherche sur le ouaibe pour comprendre que, contrairement à la façon de fonctionner d’un Leica M3, il n’y a pas de bobine à demeure, et on ne rembobine pas une pellicule exposée. On récupère simplement la bobine dévidée qui servira pour la prochaine pellicule. C’est tellement con et basique que personne ne prend jamais la peine de le mentionner.

La première journée d’essai est frustrante. L’obturateur a une tendance marquée à s’ouvrir accidentellement, et j’ai déjà deux photos de l’intérieur de mon sac. C’est nul. J’ai trouvé un sac en tissu pour envelopper le sténopé, on verra bien.

Prochain rendez-vous quand j’aurai développé ces quelques rouleaux.

Digressions

THE POWER SLAVE

L’être humain du futur ?

ON S’AMUSE COMME ON PEUT

Il y a un jeu de stratégie qui, par un mélange de politesse, voire même de courtoisie, de connaissance du sujet, consiste à empêcher un vendeur grincheux de développer ses récriminations. Le but étant de le forcer à rester, sinon amical, du moins raisonnablement aimable.

TRISTE NULLE PART

Un tambourinement de machines,

 

 

 

 

 

Non, personne.

J’AI FAIT UN RÊVE

Un rêve où l’exposition n’était pas correcte : durzxposéz et triop contrastéd.

ILS SONT LÀ !

— Des geeks malveillants qui font tomber en panne tout ce qui est électronique !
— Des Gremlins ?