Chers lecteurs

Chers lecteurs d’OMBRE,

Permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Saga et je suis un scientifique du comportement. Au cours des quinze dernières années, j’ai été chercheur principal dans le cadre d’une étude conjointe suédo-canado-française sur la genèse de l’influence d’Internet et de son impact sur la société moderne.

Plus précisément, mes collègues de Stockholm, de Vancouver et de Strasbourg ont analysé et répertorié les traits de personnalité et les tactiques de persuasion qui exercent la plus grande influence sociale et la mesure dans laquelle un seul individu peut guider les pensées, les croyances, les mœurs et le comportement de toute une communauté. Une partie importante de cette étude a consisté à concevoir et à développer de nombreux sites Web, chacun « hébergé » par une personnalité soigneusement élaborée, mais totalement artificielle.

C’est étrange de me présenter à vous alors que c’est moi qui écris ce site depuis une décennie. J’ai l’impression de bien vous connaître tous, même si vous ne me connaissez pas. Comme vous l’imaginez probablement à l’heure actuelle, OMBRE est l’un des centaines de sites minutieusement conçus pour isoler et expérimenter de nombreuses personnalités artificielles et techniques de communication.

Il s’agissait en particulier d’un des deux blogs conçus autour du thème de la photographie. Notre objectif était de voir quel type d’individu pouvait exercer la plus grande influence sur le vocabulaire photographique du monde. Le site A (OMBRE) a été construit autour d’une personnalité construite qui croyait que la photographie concernait l’image. Le site B (identité non divulguée) a introduit une personnalité dont le personnage était persuadé que la photographie concernait l’appareil photo. Afin d’empêcher que les photographies de chaque site n’exercent une influence réelle sur l’opinion publique, nous avons décidé que les deux devaient comporter les pires photos possibles. Nous pourrions ainsi mesurer l’influence de la méthode et non celle des photos elles-mêmes.

Pour OMBRE, nous avons choisi de créer des photos floues et peu fidèles en couleur d’anecdotique aléatoire. Étant donné que personne sur le personnel ne pouvait prendre des photos suffisamment graves pour satisfaire le dictat, nous avons sauvé un adorable mélange Chihuahua / Irish Wolfhound de la fourrière, attaché un appareil photo à sa poitrine et l’avons monté pour tirer un coup chaque fois que l’animal s’arrêtait rayure. Pour le site B, nous avons choisi de nous concentrer sur les photos de chat et le HDR. Initialement, les photos du chat ont été prises par la fille d’un associé. Mais lorsqu’elle a atteint l’âge de six ans, elle a commencé à développer un goût visuel. Les tâches ont donc été transférées à ma propre nièce âgée de deux ans. Les photos HDR ont toutes été prises par mon ex-mari et sont le résultat d’une campagne bien orchestrée de « faux », dans laquelle moi-même et d’autres chercheurs avons continuellement aimé, loué, et l’avons ainsi encouragé à trop aiguiser, trop saturer et surcompresser ses images au point de ridicule.

Comme tous ceux qui ont une connexion Internet l’ont sûrement constaté, l’approche du site B consistant à « photographier, c’est de la caméra » a été extrêmement efficace pour établir une influence et est désormais la principale raison pour laquelle la photo de chat et le HDR restent les deux genres de « beaux-arts » les plus appréciés photos sur le net. Le message « La photographie, c’est à propos de l’image » de OMBRE n’a aucune influence, et ses petites taches granuleuses et obscures sont universellement méprisées par les félins qui favorisent les patriciens du nouvel empire photographique centré sur l’appareil photo.

L’étude étant maintenant terminée, Roscöhe (notre mélange Chihuahua / Irish Wolfhound) s’est semi-retiré de la photographie et profite de la vie comme mon compagnon fidèle et enjoué. Il me tient compagnie depuis que j’ai divorcé de mon mari, qui s’était tristement transformé en un ennui insupportablement arrogant après avoir cru que l’adulation générée par un robot pesait sur ses photos qui déchiraient le plus la rétine.

En dépit de son manque d’influence et de son lectorat minuscule, j’admettrai de développer un point faible pour l’ultra morceau de notre expérience. Chaque mois, je me suis dit que j’étais impatient d’organiser les clichés aléatoires de Roscöhe et de modérer les commentaires spirituels envoyés par les lecteurs. Alors que tous les autres sites de notre étude attiraient une abondance de négativité, d’intimidation et d’ignorance, les lecteurs de OMBRE restaient toujours respectueux, intelligents, drôles et intelligents.

J’ai donc décidé de continuer à publier OMBRE, même si l’étude est terminée et le subterfuge révélé. Bien que la divulgation de la vérité puisse convaincre certains d’entre vous de se désabonner, le scientifique spécialiste du comportement en moi sait que la plupart d’entre vous continueront à croire le mythe OMBRE — écrit par un strasbourgeois d’âge mûr condamné à une série de crises existentielles sérieuses, et qui erre autour de prendre des photos de métaphores afin d’éviter de faire face directement à aucune de ces crises.

Si mes études ne m’ont rien appris d’autre, c’est qu’Internet donne à chacun de nous le contrôle total de sa propre image publique. La société croit que nous sommes ce que nous sommes plutôt que ce que nous sommes vraiment. Et le fait que je sois une suédoise avec un chien qui grince des puces et qui fait des photos ne vous empêchera probablement pas de croire le mensonge que je propage au cours des dix dernières années. Ce qui est bon pour moi et pour l’avenir.

Verkligheten är inte verklig.
Med vänliga hälsningar,

Saga

ps/ Pour les desperados tenaces qui auront résisté jusqu’au bout à cette désolante traduction Google (agrémentée de modifications personnelles), il est recommandé de se référer à l’original, sur le site ULTRA something de Gregory Simpson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.