Le réenchantement

Une légende dit que parfois, le voyageur imprudent tombe
sur une dimension dont la fréquence vibre en décalage avec le familier.
Une réalité parallèle, comme chantent en chœur les Islandais, ou les Atlantes,
j’ai oublié.
Des lumières, ou un angle, ou la couleur d’un instant…
les oscillations de l’intuition et dans le même mouvement,
l’enregistrement de la scène incertaine font inéluctablement
tourner la bobine.
Un déplacement sur un terrain révèle une cueillette de clichés.
D’ailleurs, on pousse la discipline jusqu’à dormir avec son appareil d’enregistrement.
Les ombres qui dansent entre deux rêves sur les parois de la chambre de sommeil,
pourraient-elles m’aider à me souvenir ?
Sont-elles ésotériques ? Fractales ? Mnésiques ?
On échafaude audacieusement d’en sismographier les contours.
Entre la brume et l’ombre et la nuit et le jour,
je croise quelques chercheurs, tôt, dehors.

Ils dressent l’Atlas des Franges.

F

2 réponses sur “Le réenchantement”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.