Bienvenue à Moscou

Pendant les trois jours que je passe à Moscou avant de partir pour l’atelier de photographie à Kenozero, je m’occupe. Je passe un grande partie de mon temps à chercher des cafés où m’installer pour lire — je découvre avec stupéfaction les mystérieuses pyramides de Gizeh avec Graham Hancock dans son livre L’empreinte des dieux. Accessoirement, je ne trouve pas de café filtre single origin. C’est scandaleux, mais que faire ? Je me rabats sur un еспрессо, ou quand j’ai soif sur un американо.

Je choisis bien mon jour pour aller au parc Gorki : pluie et vent. Pas grave me dis-je, la lumière sera intéressante et des photos pourraient en émerger. Sauf que le parc est fermé. J’imagine que c’est par prudence, à cause du vent. J’apprendrai plus tard qu’un édile quelconque a eu l’idée originale de préparer des concerts dans le parc trois jours auparavant, et qu’ils étaient à la bourre pour mettre en place les scènes.

Il y a deux nuits, j’ai été mordu par une araignée, je crois. C’est enflé et ça démange. D’expérience, je sais que ça durera environ une semaine avant de s’atténuer, mais ça gratte trop et je vais dans une pharmacie chercher un baume réparateur. La communication avec la pharmacienne est difficile ; heureusement qu’un Russe qui parle anglais arrive. Il téléphone même à sa femme, qui est médecin, pour lui demander conseil sur la pommade à acheter — anti histaminique dans ce cas ! J’apprécie la gentillesse russe. Le gars se révèle faire partie de l’équipe de hand-ball de Russie, mais restons calmes, il s’agit de la partie commercialisation et contact avec la presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.