Dernier jour

La fin du mois d’août a des accents d’automne à ces latitudes — on n’est pas loin du cercle polaire. Je me rappelle la chanson de Nino Ferrer, la mélancolie de l’air et du soleil évoque un mois de septembre ou d’octobre en Provence.

Des parents promènent leurs minots. Il n’y a pas à tortiller, l’enfance est une autre planète. Ça se trahit à leur gestuelle, leur façon de marcher, etc. À six, sept ans ils commencent à atterrir, avant ça ils sont en lévitation dans une bulle d’observation.

Ce moment, pour lequel je suis reconnaissant au Ciel, est couronné d’un déjeuner de roi composé de chawarma, falafels, jus pressés de citrons et grenades, en provenance de chez Bekitzer — le meilleur cuisinier de petits plats de rue que je connaisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.