Mais dis-donc… je descends à Jaurès, moi !

Entre Laumière et Jaurés, une inconnue qui me tourne le dos appuie délicatement sa tête contre la rambarde en fer, verticale, qui sert à s’accrocher pour ne pas tomber lors des brusques changements d’allure du métro.

Ma main était là avant, mais sa tête n’a pas l’air de s’en apercevoir le moins du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.