Les portes de la perception

LES PORTES DE LA PERCEPTION
Aldous Huxley

Le fameux compte-rendu d’Huxley de son expérience en 1954 avec le peyotl est en fait un court essai d’une cinquantaine de pages. Il tente d’y relater précisément son expérience, puis la compare aux usages qu’a fait l’humanité des plantes psycho-actives. Ce texte est passionnant, parce que Huxley est érudit, s’exprime avec précision et clarté, et a un large horizon mental : il a des choses intéressantes à dire.

J’ai ensuite été surpris de voir que les autres courts textes de ce recueil ne parlaient que de mysticisme ; surtout les classiques chrétiens et bouddhistes. La raison en apparaît au fil de la lecture. Il aborde le mysticisme dans la perspective de la perception de la réalité, des illusions et de l’Illumination. Ça donne finalement une certaine cohérence à ce recueil : partir d’une expérience personnelle bien documentée et l’articuler à des recherches pré-existantes.

On peut le conseiller comme une introduction au mysticisme (pour les nuls, dira la langue de vipère), permettant d’en saisir des notions de base pour comprendre de quoi il s’agit, au-delà des préjugés courants. Sans trop approfondir le sujet, la légèreté de lecture de ce livre — bien écrit et bien traduit — en fait un indispensable de la culture générale contemporaine.

« La non-humanité des fleurs, comme celle des niveaux les plus profonds de notre esprit, […] »
p. 299

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.